Loft à Bagnolet 9-3 – Région parisienne

| Loft Industriel

Il arrive à certains architectes d’être tellement enveloppés par leur sujet qu’ils souhaitent le vivre a plein temps. L’agence aarum fait partie de ces architectes pour qui une intervention sur un bâtiment existant mérite autant d’intérêt et d’attention qu’une construction neuve. Située en proche Banlieue Est, non loin du périphérique parisien, cette friche industrielle désaffectée d’un groupe électroménager vendu en lots était transformée en lofts…

Il nous aura fallut beaucoup de perspicacité pour voir au travers de ce local nu, désaffecté, délabré et pouilleux le devenir de cet ensemble, et sa transformation en un logement image de sa future occupante soucieuse de représentativité sociale, désirant un lieux marginal, provocateur.

Espace de 85m² issu d’une surface plus importante accessible par une entrée/couloir que nous avons demandé suffisamment large pour l’utiliser également en bibliothèque. Le sol de celui-ci a été surélevé pour le passage des canalisations de la cuisine américaine, et profite aux éclairages de sol dont les halos oblongs caressent le mur latéral gauche. Ce hall d’accueil inondé de lumière zénithale par une séries de skydômes est prolongé par la cuisine tout aussi lumineuse sous l’ancien dôme de désenfumage réutilisé pour la cause. L’ancienne gaine d’ascenseur devient un dais en brique, lieu intimiste qui distribue la salle de bain, un chambre, et sépare l’entrée, le coin repas et le séjour  qui se connecte à la chambre parentale et à un grand dressing.

La lumière habite l’espace, en façade sur cour, par les éclairages zénithaux qui ont été conservés, par les bandeaux hauts de fenêtres à soufflet aussi bien dans la salle de bain, qu’au dessus de l’espace repas et la cuisine.

L’attention a été portée sur la réutilisation et l’interprétation des matériaux en place avant travaux, au mariage des nouveaux matériaux avec ceux-ci, ainsi qu’a la conservation de la nature industrielle du lieu.

En plafond de l’entrée et de la cuisine, les planelles briques creuses ont été nettoyées et vernies. Dans le séjour et les autres pièces, le retrait de tiges support des faux-plafonds suspendus avait laissé apparaitre des zones en béton brut de la dalle supérieure, et des parties plâtrées du plafond à doucine datant des années 50: Nous avons conservé le souvenir de cette époque, le plâtre laissé dans son aspect originel, telle une peau retroussée laissant apparaitre le béton nettoyé et peint de couleur béton brut mouillé.

Les sols bénéficient du même genre de traitement, carrelage grès céram dans l’entrée, grès céram cassé (de second choix, très économique) dans la cuisine, de béton teinté et vitrifié dans le séjour et les chambres.

L’économie réalisée dans la réutilisation et la réinterprétation des matériaux bruts des murs conservés en briques rouges, des sols et plafonds a permis d’insister sur certaines prestations habituellement délaissées.

Ainsi, chaque porte bénéficie d’un traitement particulier et unique: réalisée avec un parement Médium vernis en atelier, et sculptée d’un motif géométrique représentatif de la pièce distribuée. Un attention toute particulière a été portée également sur la qualité des accessoires électriques dont l’ensemble des plaques ont un parement zinc rappel de la brutalité du site industriel, ou encore de la robinetterie de grande marques au design affirmé.